Le sucre, l’ennemi du fruit ?

Dans la confiture, l’augmentation de la part de fruits va de pair avec la diminution de la part de sucre.Cette répartition avantageuse en fruits au détriment du sucre se joue différemment selon les packagings.

© Bananes

TRADITION

SIGNIFICATION

VISIBILITÉ

UTILISATION

Sur le packaging, le pourcentage élevé de fruits (65 %) est associé au mode de cuisson à l’ancienne « cuit au chaudron » sans qu’aucun focus ne soit indiqué. La grande quantité de fruits est le propre d’une recette ou d’un mode de fabrication à l’ancienne, à la différenc des produits industriels qui proposent plutôt des confitures avec des sucres ajoutés. Très peu visible, car très intégré au graphisme général. Le ratio fruits/sucre veut montrer une qualité artisanale, typique d’une confiture à l’ancienne.

© Confipote

EXCEPTION

SIGNIFICATION

VISIBILITÉ

UTILISATION

Ici, le pourcentage élevé (65 %)
est l’élément phare du packaging.
Grossi de manière exagérée, la
forte proportion en fruits semble
suggérer un produit d’exception
qui se démarquerait des autres
confitures.
Très forte, car c’est l’information
majeure du packaging.
Le ratio fruits/sucre veut donner
une impression de confiture d’exception.

© Vivis

DIÉTÉTIQUE

SIGNIFICATION

VISIBILITÉ

UTILISATION

Le pourcentage élevé de fruits
(65 %) est présenté sur un mode
plus rationnel. Il s’associe à l’idée
de régime (« 2 fois moins de calories)
et devient un attribut diététique
et sain.
Moyenne, car le focus ne porte pas
sur cet élément en particulier.
Le ratio fruits/sucre veut renforcer
l’aspect diététique du produit.
SEMIOPOLIS

GRATUIT
VOIR